Archives mensuelles : août 2016

La Dolce Vita par CouleurTropiques

dolce-vitaLa dolce vita ou la douceur de vivre, c’est le ressenti de toute l’équipe Couleurtropiques qui est allée se faire voir ailleurs du coté de la ville éternelle. 10 ans que le staff de votre site préféré n’avait pas pris un jour de congés en période estivale, 10 ans que tous se cantonnaient au frima des vacances hivernales. A force de taper sur notre DG et sur notre présidente bien aimée, nos avons décroché  une semaine en plein été sous le soleil romain. Désolés pour la gène occasionnée, mais avouez qu’une semaine aoutienne en une décennie, c’est bas bésef …

Quand la chemise hawaïenne se la fait « rital », Rome n’a qu’a bien se tenir et pour le coup nous n’avons pas été déçus. Mon Dieu que Rome est belle, grandiose, variée, animée. Un musée à ciel ouvert où il fait bon flâner sans but précis, tant les monuments et autres curiosités vous tombent dessus sans que vous ayez à sortir le moindre plan. Ce n’est pas le touriste qui visite, c’est Rome qui s’offre à lui avec ses multiples édifices (surtout religieux) ses ruelles étroites et grouillantes, ses innombrables piazza et autres fontaines et cette ambiance indescriptible mais fort agréable.

Du château St Ange à la place St Pierre, du Forum romain au Colisée, du Panthéon au Capitole, du monument Victor Emmanuel II à la fontaine de Trévi, nous feuilletons au fil de l’eau un immense livre d’histoire en 3D. Un livre presque magique qui éveille sans cesse notre curiosité. Une leçon sur un passé que nul professeur, même le plus talentueux, nous avait dispensé. Magnifique.

Rome, c’est aussi des randonnées dans des lieux où le pin parasol  est pape. De la promenade du Janicule au parc de la Villa Borghèse (à 2 pas de la villa Médicis), c’est sur les hauteurs, à l’abri d’un carré de verdure que vous contemplerez la ville de Rome et ses multitudes de clochers, d’obélisques et autres coupoles. Une vue à couper le souffle où s’égrènent les siècles. Et puis, une glace en bouche, nous irons nous perdre dans les 80 hectares de végétation. Génial.

Il est temps pour nous, de nous restaurer, d’aborder la cuisine italienne, ses pasta, ses pizzas, ses charcuteries, ses desserts  sans oublier ses vins de caractère (rouge, rosé, blanc). Gare au Kg, il ne faudrait pas affoler la balance au retour et rester coincer dans les rayons étroits des entrepôts, dixit notre vénérée présidente. Elle ne perd pas la boule, après un grand vert de Pecorino, même si le thermomètre frise les 40°.

Rome est fabuleuse, mais notre direction veille, pas un jour de rab. C’est à regret que nous refaisons le chemin à l’envers. Dès aujourd’hui, c’est la tête emplie de souvenirs que nous reprenons le traintrain quotidien, gonflés à bloc pour mieux vous servir.

Dolce Vita, si si.

Briseur d’entreprendre …

marche-auchIl y a des histoires drôles et il y a aussi des histoires qui le sont moins. Il y a aussi des   aventures  de la vie de tous les jours. Celles que rencontrent toute TPE* dans le cadre de son activité. Il y a celles qui vous informent, celles qui vous surprennent, celles qui vous désolent, celles qui vous laissent indifférents et celles qui vous irritent. C’est dans cette dernière catégorie que nous classons notre aventure de jeudi dernier. Explication(s):

CouleurTropiques, c’est avant tout un site internet mais c’est aussi la possibilité de proposer nos produits sur un marché local du Sud Ouest en ces périodes estivales et touristiques. Une manière plus concrète de se faire connaître et de proposer des produits inhabituels sur ce type de canal de vente. Nous avions à notre actif quelques foires ou autres expositions, et vendre à 2 pas de notre entreprise était une curiosité. Autorisation de la mairie en main, notre unique marché annuel s’annonçait sous une météo radieuse.

Mercredi soir, la veille, les produits sont sélectionnés étiquetés, les tréteaux et autres matériels ainsi que l’intendance sont chargés dans les véhicules. Nous sommes fin prêts pour accueillir les chalands. Surtout ne pas se coucher tard, il va falloir se lever aux aurores.

Lire la suite

Les vacances, en chemise hawaienne.

Trop cool le mois d’août, les vacances, ma planche et ma chemise hawaienne. Il y a des lustres que j’attends ce moment. Adieux mon travail trop alimentaire à mon goût et bonjour les tubes immaculés et mousseux de la célèbre et superbe côte nord d’Hawaï. Cette année c’est décidé, je m’en vais me faire voir ailleurs. Direction Hawaï, les plages de sable fin, la démesure des vagues, les balades adossées aux volcans, le tout agrémenté d’un loco moco*. Je vais faire des envieux j’en suis sûr.

Retro Travel bus with surfboard. Side view.

Pas eu le temps d’avertir quiconque, c’est un vol discount à 3 francs 6 sous qui m’a convaincu de ne pas attendre la retraite ou plus  pour rejoindre ce paradis du Pacifique. Les perruches, celles à plumes sont chez la concierge,  la mienne, non je ne l’ai pas plumée (et pourtant), me rejoint à Roissy, enfin je l’espère. Quant à ma planche de surf et mon combi,  on verra sur place. A j’oubliais, ma collection de chemises hawaïennes est du voyage.

A moi, ou plutôt à nous les lames géantes à 2 pas de notre gîte. Je vous le dis, ces vacances je les kiffe déjà. Pour une fois, que je n’aurais pas belle maman en toile de fond et son éternel osso buco à la milanaise… Je n’ai rien contre belle maman et encore moins contre l’osso buco, mais avouez qu’entre les pieds en éventail dans ma chemise hawaïenne sur une plage paradisiaque et le fessier enfoncé dans un fauteuil « crapaud » au 6ème étage d’une tour de la banlieue parisienne, et bien, le choix est vite fait.

J’en rêve déjà, mieux, je m’y sens déjà. Les falaises de Kauai, les étendues de sable de Papohaku Beach sur Molokai, les côtes de l’île de Waikiki Beach, les eaux cristallines et les dauphins d’Hulopoe Bay sur Lanai et bien entendu, les volcans hawaïens sans oublier les plages du North Shore pour se confronter aux vagues. Ce guide en 3D me tend les bras. C’est génial, nous arrivons.

Il est 5 heures Paris s’éveille, enfin pas tout à fait. Il est 7 heures et je suis tout seul à la porte d’embarquement n°6.  Un SMS de ma douce, elle s’est vue refuser ses vacances par son boss. Je n’y crois pas un instant, c’est plutôt son boss qui l’a enlevée pour ses vacances. Croyez moi, les Seychelles ne sont pas plus attractives, c’est la bourse du boss qui fait la différence. Pas facile …

Après tout, les heures de vol me permettront certainement de relativiser et la découverte d’Hawaï en célibataire est peut être une super opportunité…

J’arrive dans 19 heures. Je vous raconterai.

Bonne vague à vous.         

 

*loco moco  (source wikipedia.org) est un plat de la cuisine hawaïenne. C’est un plat de riz blanc surmonté d’un steak haché, d’un œuf sur le plat et de jus de viande. Les variantes peuvent inclure du bacon, du jambon, du SPAM, du porc cuit à la façon hawaïenne, de la saucisse portugaise, du bœuf ou poulet teriyaki, du mahi-mahi, des crevettes, des huîtres et d’autres viandes.