Archives mensuelles : février 2015

Rétrospective. 9 ans déjà.

Déjà 9 ans. 9 ans que CouleurTropiques officie. Le temps passe si vite et pourtant. Nous avons toujours en mémoire, notre bureau improvisé, nos rayonnages à 3 sous, nos ordinateurs d’occasion et l’imprimante récupérée d’un rebut d’entreprise. Je ne vous parle même pas des câbles réseaux  et autres cartons entreposés aux 4 coins de la maison. Pensez donc, vendre des Chemises Hawaïennes du fin fond de la campagne gersoise, personne n’y croyait, nous étions bien les seuls. Pour vous dire, même la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) ne nous a pris au sérieux: « Vendre sur internet, c’est une activité risquée. Allez plutôt vendre vos fripes sur les marchés  »   Avec le recul, tout simplement incroyable. Ils avaient tout bonnement un train de retard. Ils n’étaient pas les seuls.

couleurtropiques-hawaienne-2

Première ébauche 2006

Pire,  décrocher un contrat de VAD (Vente A Distance) auprès d’un organisme bancaire n’a pas été simple. Un véritable parcours du combattant. La 1ère banque jointe nous déconseillant formellement l’utilisation du paiement par carte bancaire au motif que celui-ci est trop risqué. Et de rajouter, « demandez le paiement par chèque ». La 2ème banque jointe semblait plus à même de nous suivre dans notre aventure. Elle affichait des affiches de 4 mètres sur 3 en direction des créateurs d’entreprises. Rendez-vous étant pris, business plan sous le bras et prévisionnel bien torché nous étions confiants. A tort, la madame, de nous dire: « Tout est très bien, mais pour votre contrat de VAD il nous faut au moins 2 bilans afin de démontrer la bonne santé de votre entreprise« . Sans commentaire. Le 3ème organisme bancaire sera le bon. Nous étions soulagés.

couleurtropiques-hawaienne-4

Printemps 2007

Lire la suite

Amoureux …

chemise-hawaienne-stvalentin

Véronique Sanson se dit « amoureuse », Rosemonde Gérard plus d’un siècle auparavant couchait l’éternelle chanson ».  Ah l’amour …

Si Véronique s’endort avec lui, si l’aurore lui apporte le soleil, si elle s’éloigne de lui, si ce pose la question de savoir si cet amour aura un lendemain … Rosemonde elle,  nous conte un amour inoxydable, bienveillant, touchant, tout en finesse.

Je ne vais pas pousser la chansonnette, non je n’ai pas le talent de Véronique. Je ne vais pas plus, écrire quelques vers de poésie, je n’ai pas le style de Rosemonde. Mais parler d’amour, je dois savoir encore le faire. Enfin, je crois.

La fête des amoureux, tout simplement une coutume païenne qui s’est transformée au cours  des âges en un Saint Valentin, le saint patron des amoureux le 14 février. 

Dans quelques jours, vous allez pouvoir afficher vos sentiments, jouer votre Cupidon  et qui sait, être récompensé d’un fougueux baiser. Alors, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, William Sheller vous transformera en « Un homme heureux ». Et peut-être même que vous pousserez les meubles pour vous lancer dans « un vieux Rock’n’roll » . Mieux, s’ensuivra un slow, plus calme, plus langoureux, plus  …

Alors, n’attendons pas de radoter, d’être faiblis pour lui dire tout simplement « Je t’aime ». 

« Car vois-tu, chaque jour je t’aime d’avantage, aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain. »

 

saint_valentin

L’éternelle chanson

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore de jeunes amoureux,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et nous ferons un couple adorable de vieux.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer,
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant toujours par un baiser.
Combien de fois jadis j’ai pu dire  » Je t’aime  » ?
Alors avec grand soin nous le recompterons.
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons.
Un rayon descendra, d’une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,
Quand sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.

Et comme chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Qu’importeront alors les rides du visage ?
Mon amour se fera plus grave – et serein.
Songe que tous les jours des souvenirs s’entassent,
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens.
Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens.
C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main
Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve,
Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur,
Retenir s’il se peut l’impression trop brève
Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.
J’enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours ;
Je serai riche alors d’une richesse rare
J’aurai gardé tout l’or de mes jeunes amours !
Ainsi de ce passé de bonheur qui s’achève,
Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;
Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
J’aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.
Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore aux jours heureux d’antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête
Et tu me parleras d’amour en chevrotant.
Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Rosemonde Gérard